Mon combat pour la lecture et une pétition

Chaque enfant, irremplaçable, porte en lui l’avenir de l’humanité. Comment ne pas tout mettre en œuvre pour l’amener au plus haut de ses possibilités ?

Pourquoi une pétition ?

L’échec en lecture de trop d’enfants, exclus du savoir, est inacceptable. On ne peut tolérer une telle injustice sociale.

De ma triple expérience d’enseignante, de mère et grand-mère, de bénévole au long cours, j’ai acquis cette conviction absolue : les jeunes enfants (4 à 5 ans), apprennent à lire facilement dans la joie, tout simplement.

Alors ? Mon objectif, pour combattre ces inégalités flagrantes de notre système scolaire est d’assurer dès le plus jeune âge, à tous, une réussite optimale en lecture. Et d’offrir enfin les chances d’un avenir social et culturel à tous nos enfants.

L’échec n’est pas une fatalité. Sa sombre, lugubre, hallucinante litanie, doit cesser. Ainsi que le gâchis de tant d’enfants privés du bonheur de réussir, dès 6 ans !

Quarante ans d’aberrations en matière d’apprentissage de la lecture, cela suffit !

Comment est-il possible encore, d’ignorer les lumineuses avancées de la science et ses bénéfices pédagogiques ?

Cela reste stupéfiant !

–          « Mais vous voulez bouger un dinosaure » ? m’a-t-on dit, dans ce combat titanesque contre -l’indifférence, les préjugés, la désinformation …

–          Oui, tout au moins une patte, et depuis fort longtemps. Dans le style « on a tout essayé », moi, j’ai beaucoup tenté pour remettre debout tant d’enfants découragés.

Chemin faisant, j’ai eu la chance de découvrir des auteurs qui ont renforcé mes convictions :

–          Tout d’abord, en 1977 à Marseille, ce furent les dessins mnémotechniques si drôles, d’un  maître génial, permettant la mémorisation rapide du code graphophonologique et luttant ainsi contre la dyslexie !

–          Ensuite, en 1998, véritable feu vert pour moi, le rapport collectif « Apprendre à lire » de l’O.N.L. (observatoire national de la lecture) traitant des points essentiels de l’acquisition de la lecture.

–          Egalement les découvertes des neuroscientifiques révélant les capacités intellectuelles des jeunes enfants ainsi que la plasticité étonnante de leur cerveau.

C’est ainsi que j’ai pu créer, grâce à ces chercheurs, mes 2 ouvrages : une manière simple, rapide et ludique, pour faciliter cette acquisition de la lecture, réputée si ardue !

–          Mon Dicolire, en juillet 2011, pour les 6 ans,

–          Mon P’tit Dicolire, en juin 2016, pour les 4 à 5 ans,

qui sont l’aboutissement logique de ma détermination.

Plus récemment, (années 2011 à 2014), citons l’expérience de Gennevilliers, avec des résultats exceptionnels, de Céline Alvarez et son livre «  Les lois naturelles de l’enfant »: Selon elle, il suffit de respecter les grands principes de l’apprentissage pour obtenir l’épanouissement de l’être humain tout entier !

Conclusion

Souhaitons, que, de toute urgence, l’école retrouve sa première mission : le succès total en lecture de tous ses enfants, quels qu’ils soient, sans laquelle l’égalité des chances n’est qu’un vain mot !

Aux oubliettes l’échec scolaire et l’illettrisme !

Bienvenue au CP, en toute quiétude, car la maternelle aura assuré sa mission : respecter les capacités des enfants.

Marina Gimenez-Parra

Marina
Marina Ancienne institutrice et créatrice de Dicolire

0% d’échec en lecture pour les années qui viennent, cela vous tente ?

SI vous êtes d’accord merci de signer la pétition